Mardi 5 septembre 2017

Florence BlaimontFlorence Blaimont est CEO de la "Wonderful Women Community", coach certifiée et auteure. Dans le cadre de la conférence de lancement du livre "WonderFul Women" qui aura lieu jeudi 7 septembre, nous avons rencontré cette entrepreneuse talentueuse et passionnée.


Comment le réseau pour femmes entrepreneuses "Wonderful Women" est-il né ?

J’ai étudié à l’ICHEC et ai toujours été passionnée de marketing, de psychologie, de comportementalisme. Je voulais un emploi qui combine l’aspect business et l’aspect psychologique. Après mes études, j’ai débuté mon parcours professionnel dans des multinationales comme Nivea, en marketing. C’était une bonne école mais je n’y trouvais pas de sens. Le travail axé sur le profit ne m’enthousiasmait pas plus que cela. J’ai donc suivi une formation en PNL (programmation neurolinguistique/comportementalisme) et j’ai fait du coaching qui mêlait la vente et la psychologique pendant sept ans.

Par la suite, j’ai travaillé au BECI (Chambre de Commerce et Union des Entreprises de Bruxelles) pendant 6 mois. J'ai découvert en ligne  un réseau féminin à remettre sur pied qui s'appelait "Wonder Women". Je l’ai racheté et j’en ai fait un cercle d’affaires en décembre 2015.

Le réseau « Wonderful Women » compte aujoud'hui 30.000 affiliées en moins de deux ans. Comment expliquez-vous ce succès ?

J’ai deux associées et nous sommes toutes les trois complémentaires dans nos talents. Nous avons également de très bons partenaires. La clé de la réussite, c’est essentiellement le travail. Ma force, c’est le marketing, le bouche-à-oreille, les réseaux sociaux, le networking, etc. Et les femmes qui font parties du réseau se sentent très impliquées. "WoWo", c'est un réseau de femmes entrepreneures ou qui ont envie de se lancer dans l’entrepreneuriat.

Parlez-nous du livre intitulé « WonderFul Women » qui sortira ce 7 septembre ?

Livre WonderFul WomenCes trente femmes racontent leurs blessures et leurs échecs aussi. On se rend compte que dans chaque vie il y a des fatalités mais que la force de ces femmes c’est d’avoir pu se relever. D’avoir tourné la page et d’en avoir tiré une leçon. Elles donnent les clés de leur réussite et partagent cette intimité avec le lecteur ou la lectrice, tout en donnant des pistes. J'ai co-écrit ce livre avec Clémence Mouton, mon associée, mais nous sommes plusieurs sur le projet : une illustratrice, le photographe qui a réalisé les portraits, le graphiste. Clémence rédigeait un premier jet et, de mon côté, j’interviewais les femmes, je reconstruisais le texte et j’ajoutais une partie coaching sur chaque profil. Chaque présentation de portrait se termine par le conseil coaching.

 

D’où vous est venue l’idée ?

J’avais cette idée en tête depuis une bonne dizaine d’années. J’avais écrit un livre que je n’ai finalement jamais publié car il manquait quelque chose. En relançant le réseau "WoWo", j’ai trouvé ce qu’il me manquait. J’en ai parlé à mon associée dont le rêve était d’écrire un livre et nous l’avons réalisé. Cet ouvrage va être distribué chez Cook and Book, Filigranes, Club et à la Fnac.

Quel était votre objectif ?

Le message que porte ce livre c’est peu importe votre religion, votre couleur, votre taille et même le pays dans lequel vous êtes. Vous pouvez déployer vos talents et réaliser votre projet, quel qu’il soit. La plus jeune personne dans le livre à seize ans et la plus vieille en a nonante. L’objectif c’était d’inspirer les femmes à réaliser leurs rêves indépendamment des blessures de la vie et des obstacles que l'on rencontre.

Parmi ces trente femmes, certaines sont très connues (Nicki Sanchez, Dominique Leroy, Alix Battard ou encore Céline Fremault) et d’autres beaucoup moins. En même temps on observe une grande diversité des profils. Comment les avez-vous sélectionnés ?

Nous avions fait une liste de personnes que l'on a ensuite contactées. Certaines étaient très accessible, d’autres étaient plus difficiles à convaincre. Nous n'avons donc pas pu respecter notre liste. Au fur et à mesure de nos rencontres, des personnes nous ont recommandé des personnalités intéressantes et nous ont facilité la tâche pour les contacter. Nous avons sélectionné des profils à l’international (Royaume-Uni, Iran, etc.). 

Florence Blaimont, CEO de la WoWo Community
Florence Blaimont, CEO de la WoWo Community (au centre).

Comment avez-vous persuadé ces femmes de participer au projet ?

Certaines, comme Dominique Leroy (CEO de Proximus), étaient très accessibles. On s’est parlé au téléphone pendant 20 minutes au terme desquelles nous fixions un rendez-vous pour l’interview. Je suis assez convaincante mais certaines ont tout de même refusé d’approuver leur profil après lecture. Elles trouvaient le rendu trop personnel et n’étaient pas en accord avec l’image renvoyée par le texte. Il a donc fallu faire preuve de psychologie et discuter parfois sur l’emploi d’un mot plutôt qu’un autre pour les convaincre.

Sur les trente personnalités présentées dans ce livre, toutes sont des entrepreneuses ?

Non. Il s’agit de trente femmes porteuses de projets. On a par exemple une mère au foyer qui a eu cinq enfants biologiques et qui a adopté quatre enfants polyhandicapés. Ce sont des projets de vie au-delà de l’aspect professionnel. Même les plus grandes femmes d’affaires sont des femmes de cœur.

Pouvez-vous choisir deux profils en particulier à nous présenter ? 

Pauline Nissen : à l'âge de douze ans, elle a créé un cahier avec des règles simples pour apprendre le néerlandais. Ses camarades le lui empruntaient régulièrement. C’est comme cela qu’elle a eu l’idée, à quinze ans, de le faire publier pour aider des étudiants à plus grande échelle. Elle a appris à se servir d’Indesign et a réalisé le graphisme elle-même. La première édition a été financée par ses parents et elle a finalement été repérée par une maison d’édition. A seize ans, elle a vendu 5.000 exemplaires de son manuel et travaille actuellement sur le tome deux. Elle est très mature et c’est une très belle rencontre. Sa phrase c’est « Que vous pensiez que votre âge est un frein ou un tremplin, dans les deux cas vous avez raison ». Elle était considérée comme trop jeune par beaucoup pour accomplir ce qu’elle a accompli mais, au final, on comprend que la réussite n'est pas une question d’âge.

Colette Piat : elle a écrit 41 livres et 70 pièces de théâtre. Sa phrase est la suivante : « Soyez affranchies de tout sauf de votre cœur ». Elle a nonante ans et vit sur une péniche à Paris. De confession juive, elle a vécu la guerre 40-45 et a changé son nom de Bloom à Pia. Par après, elle a fait des études de droit et a passé le concours de la conférence à Paris à 20 ans ! Elle a été la première femme à gagner le prix d’improvisation. Suite au suicide de l’un de ses clients, elle a arrêté son métier d’avocate et a écrit son premier livre qui dénonce le système judicaire. C’est une personnalité très attachante, un peu loufoque.            

Un show-conférence est prévu le jeudi 7 septembre pour le lancement du livre. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Cinq femmes vont prendre la parole sur scène, dont Alix Battard (journaliste RTL TVI) et Sarah Bovy (pilote automobile de vingt-huit ans). Le livre sera accessible en français et en néerlandais. Nous voulions donc inclure des néerlandophones. Il y a aussi une personne qui vient des Etats-Unis pour prendre la parole. Nous avons donc un groupe diversifié de très bonnes speakeuses, différentes mais qui ont un point commun : s’épanouir et déployer leurs talents.

Vous espérez que cet ouvrage devienne une référence pour toutes les femmes ?

Si ce livre peut apporter un élan, un moment d’audace à une femme, on aura réussi.

Retrouvez toutes les informations sur cet évènement >> ici <<.